mercredi 30 août 2017

Lettre aux membres - Août 2017

DES NOUVELLES ... MAIS PAS QUE !


Nous ne pouvons pas nous cacher, ni vous cacher, nos difficultés. C'est certainement le propre d'une association, qui ne vit que par le travail bénévole de ceux qui en font partie. Depuis près de vingt ans qu'existe le GDiD, les têtes ont changé, les investissements ont été forts, chronophages et énergivores. Beaucoup sont partis, la plupart fatigués, en retraite pour certains, ou pour des divergences d'opinion, ou pour s'investir dans d'autres combats, après des années de lutte opiniâtre. C'est normal, c'est la logique de la vie associative : si l'objectif est le même, les opinions sont évidemment différentes quant aux moyens pour y parvenir. Et puis, on a le droit de ne pas s'entendre avec tout le monde. Ce n'est pas grave, tant que le GDiD persiste... et signe !

Nos revendications n'ont pas changé. Et pourtant, que de réussites ! Que de progrès ! Ne vous leurrez pas, c'est bien notre incessant lobbying auprès de vous, Directrices et Directeurs d'école exténués et parfois désespérés, comme auprès des syndicats et du ministère, qui ont apporté les quelques avancées que nous connaissons depuis une dizaine d'années. Je n'en veux pour preuve que l'évidence aujourd'hui pour tous nos interlocuteurs de l'importance du Directeur dans le fonctionnement correct des écoles ou l'application des textes. Mais que de lenteurs! Que de réticences encore! Et puis, soyons conscients et honnêtes, si nous avons aujourd'hui obtenu (et c'est bien un de nos succès collectif) un statut spécifique reconnu - oui, le référentiel-métier en est la base institutionnelle -, pour autant il n'a aucune autre existence légale, aucun nom, aucune traduction administrative. Par charité, je n'évoquerai même pas nos conditions de travail...

Je connais quelques écoles avec un nombre ahurissant de classes, d'enseignants et d'élèves. 17 classes en REP, 20 classes, 500 élèves... Les collègues Directrices et Directeurs qui s'en occupent ont-ils un secrétariat ? Un adjoint ? Un CPE ? Un documentaliste ? Des assistants d'éducation ? J'en passe et des meilleures. Certains collèges ont autant ou moins d'élèves que certaines ou certains d'entre vous. Et soyons clairs : aujourd'hui encore, tout le monde s'en fout.

Pas nous.

Comme vous nous sommes Directrices ou Directeurs, comme vous nous avons une équipe en charge, la responsabilité des locaux et des élèves, la communication avec tous nos partenaires (mairie, parents, …), le courrier, les mails, les AVS, le portail, … et souvent une classe en plus.

Nous continuons, nous persistons. Le Directeur d'école de 1870 ne peut plus être celui de 2017. Nos responsabilités, nos devoirs, notre travail, sont devenus insupportables. Entre PPMS, PEDT, Projet d'école, ..., ou simplement la vie et le bien-être de nos élèves, nous sommes aujourd'hui les esclaves consentants d'un système à bout de souffle. Quoique, consentants... Vous êtes partie prenante d'une association qui se bagarre pour que cesse cette situation, ce qui signifie que vous voulez aller au-delà et ne pas laisser cette situation inextricable à ceux qui nous suivrons dans notre désir de faire simplement "fonctionner" nos écoles, et surtout réussir nos élèves - car c'est bien pour cela que nous le faisons, ce boulot, au détriment de notre famille ou de notre santé -. Alors ce courrier qui fait suite à la réunion du bureau le 23 août dernier n'a pour objectif premier que de vous faire savoir qu'en dépit de nos difficultés nous ne lâchons rien, et nous ne lâcherons rien. Aujourd'hui nous sommes rejoints par plusieurs centrales syndicales qui approuvent et soutiennent notre travail. Mais il faut concrétiser nos revendications. Nous ne pouvons pas vous assurer que ce sera le cas dans les temps qui viennent, mais sans rien dire et sans rien faire ce serait pire. Alors...

Nous vous souhaitons un bonne année scolaire 2017-2018, avec l'espoir qu'enfin les Directrices et Directeurs d'école obtiennent un statut.

Nous GDiD, nous militons depuis la création de l'association pour la reconnaissance statutaire du métier de Directeur d'école.

Les avancées auxquelles le GDiD a contribué :

Être :
- le référentiel métier ;
- le protocole de simplification des taches ;
- la formation accrue ;
- la mise en place des Directeurs Vie Scolaire ;
- les directeurs tuteurs ;
- les 16 engagements du ministère pour les directeurs d'école.

Avoir :
- l'obtention du point supplémentaire pour l'accès à la H.C. ;
- l'amélioration de certaines décharges ;
- l'accès dans les 80% à la classe exceptionnelle.

Bien sûr toutes ces avancées sont des pierres - parfois encore branlantes - sur un chemin qui doit nous mener beaucoup plus loin. Tous les Directeurs d'école doivent avoir
- le temps nécessaire d'être Directeur par un allègement du service d'enseignement… mais pas que ;
- une formation renforcée et continue pour l'exercice de notre métier… mais pas que ;
- de meilleures avancées de carrière… mais pas que ;
- une reconnaissance financière améliorée et à la hauteur de notre métier… mais pas que ! 

Car surtout il nous faut la reconnaissance que nous sommes des Directrices et Directeurs d'école responsables et compétents, que c'est notre métier et que ce métier mérite un statut spécifique. La réussite de tous nos élèves en dépend !

Des nouvelles de nous :

Après une année techniquement chaotique pour nos outils de communication (en autre l'impossibilité nouvelle d'envoyer directement des mails aux écoles), nous avons été amenés à un énorme travail de restructuration qui se poursuit.

A votre service, nous mettons en place (ENREGISTREZ DANS VOS FAVORIS !)
- le site : http://gdid.education/ pour retrouver à terme la documentation utile ;
- ce présent blog : https://legdid.blogspot.fr/ pour suivre les informations ;
- un groupe Facebook : https://www.facebook.com/groups/563530016991429/ pour échanger/discuter (attention ! L'ancienne adresse n'est plus notre page officielle) ;
- un courriel contact@gdid.education pour nous joindre ;
- des numéros de téléphone pour aider nos adhérents, que vous trouverez sur le site…

Nous programmons également la tenue d'une A.G. autour des vacances de printemps de cette année scolaire.

Après avoir écrit au nouveau ministre, l'association a été reçue dès le mois de juin au ministère. Nous continuons le travail avec lui et demandons une reconnaissance officielle afin de pouvoir communiquer avec les écoles et les Directeurs.

L'association est régulièrement consultée sur des sujets touchant le premier degré, débouchant sur des articles de presse (AEF, Le Monde, CNews – voir le billet précédent- ...).

Enfin, en partenariat avec le Sgen-Cfdt, nous participerons à un colloque sur la gouvernance du premier degré durant le premier trimestre de cette année… (informations à suivre).

Parce que l'association n'est dotée d'aucune décharge fournie par le ministère, parce qu'elle ne touche aucune subvention, le seul financement permettant de continuer à défendre les Directrices et Directeurs d'école, c'est la cotisation de nos membres. Vous voulez que notre métier soit reconnu ? Vous êtes les seuls qui se sentent concernés. Unissons-nous pour nous aider nous-mêmes ! Adhérez : http://gdid.education/index.php/adhesion/ ou dans la colonne de droite de ce blog.

Le 23/08/2017, à Paris
Isabelle LE GLAS ( Finistère), Alain REI (Bouches-du-Rhône), Samuel AUXERRE (Puy-de-Dôme), Pierre LOMBARD (Alpes Maritimes), Pascal OUDOT (Côte d'or)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire